The day dense with thought

The day dense with thought
       with feelings and memories
: a grey sky is about to rain
       over our heads

In the rear garden
       a pile of earth
recently turned
       has been drilled
by worms to let in
       the air

and wild grasses
       have grown tall
and in the midst
       five poppies have flowered

So many miles from Flanders
       I see their blood-red blooms
swaying gently
        in the breeze

John Lyons


La journée pleine de pensées

La journée pleine de pensées
       de sentiments et de souvenirs
: un ciel gris est sur le point
       de pleuvoir sur nos têtes

Dans le jardin arrière
       un tas de terre récemment retournée
a été foré par des vers
       pour laisser entrer l’air

et les herbes sauvages
       ont grandi
et au milieu cinq coquelicots
       se sont épanouis

Tant de kilomètres de la Flandre
       je vois leurs fleurs rouge-sang
se balancer doucement
       dans la brise

L’univers symbiotique

Nous cultivons les étoiles
       en reconnaissance de la terre
qu’elles nous ont donnée
       le sol minéral à partir duquel
toutes choses poussent
       les plantes et les arbres
qui sont notre force vitale
       l’univers symbiotique
qui nous lie au chant du moineau
       au baryton profond de la baleine
aux premiers sanglots d’un nouveau-né
       qui quitte le ventre de sa mère
Et il n’y a pas une seule forme de beauté
       supérieure à toutes les autres
étant donné que la beauté est la vérité
       essentielle omniprésente de la création
et que l’amour est son expression
       la plus profonde

John Lyons


Love’s deepest expression

We cultivate the stars
       in recognition of the earth
that they have given us
       the mineral soil out of which
all things grow
       the plants and trees
that are our very lifeblood
       the symbiotic universe
that binds us
       to the sparrow’s song
to the whale’s deep baritone
       to the first sobs of a newborn
as it leaves its mother’s womb
       and there is no one form of beauty
superior to all the others
       given that beauty is the essential
omnipresent truth of creation
       and love is its deepest expression

Love’s deepest expression

We cultivate the stars
       in recognition of the earth
that they have given us
       the mineral soil out of which
all things grow
       the plants and trees
that are our very lifeblood
       the symbiotic universe
that binds us
       to the sparrow’s song
to the whale’s deep baritone
       to the first sobs of a newborn
as it leaves its mother’s womb
       and there is no one form of beauty
superior to all the others
       given that beauty is the essential
omnipresent truth of creation
       and love is its deepest expression

John Lyons


L’expression la plus profonde de l’amour

Nous cultivons les étoiles
       en reconnaissance de la terre
qu’elles nous ont donnée
       le sol minéral à partir duquel
toutes choses poussent
       les plantes et les arbres
qui sont notre force vitale
       l’univers symbiotique
qui nous lie au chant du moineau
       au baryton profond de la baleine
aux premiers sanglots d’un nouveau-né
       qui quitte le ventre de sa mère
Et il n’y a pas une seule forme de beauté
       supérieure à toutes les autres
étant donné que la beauté est la vérité
       essentielle omniprésente de la création
et que l’amour est son expression
       la plus profonde

Paul Éluard – I told you. . .

Told you for the clouds
Told you for the sea’s tree
For each wave for the birds in the leaves
For the pebbles of noise
For the familiar hands
For the eye that turns face or landscape
And sleep endows it with the sky of its colour
For the whole night imbibed
For the grid of roads
For the open window for an uncovered forehead
I told you for your thoughts for your words
Every caress every confidence endures

from Paul Éluard, L’amour la poésie (1929)

(translation by John Lyons)


Je te l’ai dit pour les nuages
Je te l’ai dit pour l’arbre de la mer
Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles
Pour les cailloux du bruit
Pour les mains familières
Pour l’œil qui devient visage ou paysage
Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur
Pour toute la nuit bue
Pour la grille des routes
Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert
Je te l’ai dit pour tes pensées pour tes paroles
Toute caresse toute confiance se survivent.

The rest is silence

lascaux

As the fire blazed
       in the mouth of the cave
pigments were mixed
       and applied to the walls
the deer and antelope admired
       and keenly observed
and hunted for food
       : art in order to render
their deep respect for
       this source of life

that others might know
       their story
their values
       the word inseparable
from the deed
       an imagist language
a timeless articulation
       in time and space

John Lyons

Le reste est silence

Alors que le feu flambait
       dans l’embouchure de la grotte
les pigments ont été mélangés
       et appliqués sur les murs
le cerf et l’antilope admirés
       et vivement observés
et chassés pour se nourrir
       : l’art pour rendre
leur profond respect pour
       cette source de vie

que d’autres puissent savoir
       de leur histoire
de leurs valeurs
       le mot inséparable
de l’acte
       un langage imagiste
une articulation intemporelle
       dans le temps et dans l’espace

Read the text

blue_roses

Blood-red roses
       against an anaemic sky
artificial petals
       that will never fall
time that will never pass
       hope that will never return
children who will never know
       the joy of peace unless
the sale of arms is suspended
        No flowers for the refugees
no food on their plates
       no light in their eyes

Read the text
       beneath the blooms
between the lines
       foreign aid cut
at the stem
       innocent people left
to wither and die
       for profit

John Lyons


Lisez le texte

Roses couleur de sang
       contre un ciel anémique
pétales artificiels
       qui ne tomberont jamais
un temps qui ne passera jamais
       l’espoir qui ne reviendra jamais
des enfants qui ne sauront jamais
       la joie de la paix à moins que
la vente d’armes ne soit suspendue
       Pas de fleurs pour les réfugiés
pas de nourriture dans leurs assiettes
       pas de lumière dans leurs yeux

Lisez le texte
       au-dessous des fleurs
entre les lignes
       l’aide internationale coupée
à la base
       des innocents abandonnés
au flétrissement et à la mort
       pour le profit

Love’s plea

pleading

                  Nowhere, John Lyons (40 x 40 cm, oil on canvas)

This is nowhere
a sketch on canvas
and in oils
of a place that exists
somewhere
in the imagination

It is real enough
but lacks the detail
of the reality
upon which
it is based

However
what it does suggest
is a parting of the ways
perhaps in Robert Frost
country
the road less travelled

What it captures
in its own way
is space and distance
and an immaculate
timelessness

I love the roundness
of the triangular patch
I love the softness
of its edges
and though unfinished
I feel it has a voice
a feminine voice
pleading for love

John Lyons


Plaidoyer d’amour

C’est nulle part
un croquis sur toile
et dans les huiles
d’un lieu qui existe
quelque part
dans l’imagination

C’est assez réel
mais il manque le détail
de la réalité
sur lequel
c’est basé

toutefois
ce qu’il suggère
est une séparation des chemins
peut-être au pays
de Robert Frost
le chemin le moins parcouru

Ce qu’il capture
à sa manière
est l’espace et la distance
et une intemporalité
immaculée

J’aime la rondeur
du patch triangulaire
J’aime la douceur
de ses bords
et bien qu’inachevé
Je sens qu’il a une voix
une voix féminine
et un cri d’amour

Love never known

bouc

On a stretch of scrubland
       down by the marshes
bound by two railway tracks
       and a busy road
a elderly billy goat browses :
       grayish-black shaggy coat
long gracefully curved horns
       it exists obliviously
in its pasture of plenty
       has no notion
of the fate
       that awaits it
no recollection
       of when it was a kid
not even grateful
       to be alive

From time to time
       it hears the cuckoo
but makes no connection
       with the spring flowers
On certain clear nights
       it observes the stars
with complete indifference
       lucky or not
of them
       it has no need
love it has never known
       nor its loss

John Lyons


Le vieux bouc   
      
   Sur un tronçon de garrigue    
            au bord des marais    
   bordé par deux voies ferrées    
            et une route très fréquentée    
   un vieux bouc broute :    
            manteau hirsute noir-grisâtre    
   de longues cornes gracieusement courbées    
            il existe inconsciemment    
   dans son pâturage d’abondance    
            n’a aucune notion    
   du destin    
            qui l’attend    
   aucun souvenir    
            de ses jours de chevreau    
   n’est même pas reconnaissant    
            d’être en vie    
      
   De temps en temps    
            il entend le coucou    
   mais il ne fait aucun lien    
            avec les fleurs printanières    
   Par certaines nuits claires    
            il observe les étoiles    
   avec une indifférence totale    
            chanceuses ou pas    
   d’elles    
            il n’en a pas besoin    
   l’amour – il ne l’a jamais connu    
            ni sa perte

Winter roost

Cold grey morning
       magpies yet to leave
their roost : soon
       as the days lengthen
they’ll be looking
       to build their domed nests

despite their military bearing
       magpies are home birds
reluctant to travel far
       from their stamping ground

though they struggle
       to throw off their bad
reputation
       these playful birds
are innocent
       until proven guilty

John Lyons


Gîte d’hiver

Matin gris froid
       les pies n’ont pas encore
quitté leur perchoir: bientôt
       au fur et à mesure
que les jours s’allongent
       ils chercheront à construire
leurs nids
       en forme de dôme

malgré leur allure militaire
       les pies sont des oiseaux domestiques
réticents à voyager
       loin de leur territoire de prédilection

bien qu’ils luttent
       pour se débarrasser
de leur mal réputation
       ces oiseaux espiègles
sont innocents jusqu’à
       preuve du contraire

My life refracted

seascape

                   Seascape, John Lyons (thin air on wood)

I examine the data
the nails the hair
the skin the teeth
all of which are not
as they once were

I can read the signs
the marks of time
accumulated
over the years
and I know where
it’s all heading

From time to time
on my walks through
ancient woodland
I inspect the gnarled bark
of trees that were there
before me and will
probably see me out

It brings me comfort
and a sense of solidarity
it reminds me of my place
in nature’s spectrum

Separateness is an illusion
in a universe built
on the principle of solidarity
of which human love is
the most intense expression

John Lyons

Ma vie réfractée

J’examine les données
les ongles les cheveux
la peau les dents
qui ne sont pas tous
comme ils l’étaient autrefois

Je sais lire les signes
les traces du temps
accumulées
au cours des années
et je sais où
tout se dirige

De temps en temps
sur mes promenades
à travers les bois anciens
J’inspecte l’écorce noueuse
d’arbres qui étaient là
avant moi et qui probablement
me survivront

Cela m’apporte du réconfort
et un sentiment de solidarité
ça me rappelle ma place
dans le spectre de la nature

La séparation est une illusion
dans un univers construit
sur le principe de la solidarité
dont l’amour humain est
l’expression la plus intense