Paul Éluard – Courage

Paris is cold Paris is hungry
Paris no longer eats chestnuts in the street
Paris has put on old women’s old clothes
Paris sleeps on its feet airless in the metro
Still more misfortune is imposed on the poor
And the wisdom and folly
Of unhappy Paris
It’s pure air, it’s fire
It’s the beauty it’s the kindness
Of its starving workers
Don’t cry for help Paris
You are living a life beyond compare
And behind the nakedness
Of your pallor of your thinness
All that is human is revealed in your eyes
Paris my beautiful city
Fine as a needle strong as a sword
Ingenious and learned
You can’t stand injustice
For you it’s a real mess
You will free yourself Paris
Paris shimmering like a star
Our surviving hope
You will free yourself from the fatigue and mud
Brothers have courage
We who are not helmeted
Nor booted nor gloved nor well-behaved
A ray lights up in our veins
Our light returns to us
The best of us died for us
And now their blood reaches our heart
And it’s morning again a Paris morning
The point of deliverance
The space of the dawning spring
Brute force has the weaker hand
These slaves our enemies
If they’ve understood
If they’re capable of understanding
Will rise up.

Paul Éluard
(translation by John Lyons)

This poem, written in 1942 while Paris was under German occupation, circulated widely among member of the French Resistance.


Courage

Paris a froid Paris a faim
Paris ne mange plus de marrons dans la rue
Paris a mis de vieux vêtements de vieille
Paris dort tout debout sans air dans le métro
Plus de malheur encore est imposé aux pauvres
Et la sagesse et la folie
De Paris malheureux
C’est l’air pur c’est le feu
C’est la beauté c’est la bonté
De ses travailleurs affamés
Ne crie pas au secours Paris
Tu es vivant d’une vie sans égale
Et derrière la nudité
De ta pâleur de ta maigreur
Tout ce qui est humain se révèle en tes yeux
Paris ma belle ville
Fine comme une aiguille forte comme une épée
Ingénue et savante
Tu ne supportes pas l’injustice
Pour toi c’est le seul désordre
Tu vas te libérer Paris
Paris tremblant comme une étoile
Notre espoir survivant
Tu vas te libérer de la fatigue et de la boue
Frères ayons du courage
Nous qui ne sommes pas casqués
Ni bottés ni gantés ni bien élevés
Un rayon s’allume en nos veines
Notre lumière nous revient
Les meilleurs d’entre nous sont morts pour nous
Et voici que leur sang retrouve notre coeur
Et c’est de nouveau le matin un matin de Paris
La pointe de la délivrance
L’espace du printemps naissant
La force idiote a le dessous
Ces esclaves nos ennemis
S’ils ont compris
S’ils sont capables de comprendre
Vont se lever.

Baudelaire – Exotic perfume

Jeanne Duval was the Haitian-born mistress of Charles Baudelaire. She is captured in the portrait (1862) below by Édouard Manet

Jeanne_Duval

Exotic Perfume

When, on a warm autumn eve, my eyes closed
I breathe in the fragrance of your warm breast
I see happy shores unfurl before me 
lit up by the fires of a monotone sun;

A languorous island where nature produces
Strange trees and luscious fruits;
Men with slender vigorous bodies,
And women who stun with the candour of their eyes.

Led by your fragrance to these charming climates,
I see a port teeming with sails and masts
All wearied still by the sea swell,

While the perfume of green tamarinds,
That drifts in the air and fills my nostrils,
Melds in my soul with the sailors’ songs.

Charles Baudelaire
(translation by John Lyons)


Parfum exotique

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,
Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone;

Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres singuliers et des fruits savoureux;
Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont l’oeil par sa franchise étonne.

Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine,

Pendant que le parfum des verts tamariniers,
Qui circule dans l’air et m’enfle la narine,
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

Charles Baudelaire

Fickle moon

As the sun sets
so the day sags
evenings can be
so long

stars so distant
and the moon
so fickle

At dawn the silence
is broken – foxes
gnashing their teeth

sparrows restless
in their nests – magpies
already getting down
to business

I have places to go
things to do and
words to say such as
I love you

John Lyons


Alors que le soleil se couche
alors le jour s’affaisse
les soirées peuvent être
si longues

les étoiles si lointaines
et la lune
si inconstante

A l’aube le silence
est cassé – les renards
grincent des dents

les moineaux agités
dans leurs nids – les pies
déjà au travail

j’ai des endroits où aller
des choses à faire et
des mots à dire comme
Je t’aime

A poetry of familiar things

cascade
          Cascade, John Lyons (oil on canvas)

A poetry of familiar things
a sparrow or a rose
or flowering mimosa
a simple summer cotton dress
decorated with flowers
which she wears with pride

The families that traipse
up and down
the Promenade des Anglais
in Nice : the blue sea
and the blue sky
the heat of the day
in August

Chagall and Matisse
and Italian sorbets
and the insatiable thirst
for love and life

John Lyons


Une poésie des choses familières
un moineau ou une rose
ou mimosa en fleurs
une simple robe d’été en coton
décorée de fleurs
qu’elle porte avec fierté

Les familles qui traînent
haut et bas
la Promenade des Anglais
à Nice : la mer bleue
et le ciel bleu
la chaleur du jour
en août

Chagall et Matisse
et des sorbets italiens
et la soif insatiable
d’amour et de vie

Paul Éluard – Clouds in my hands

Man Ray

This confused despair
Impalpable source rainy night
Far from burgeoning leaves
Far from salubrious tears
This disdain of the Orient
This livid paradise
This backtracking
Exhausted unbeliever
Towards a handful of memories

The miracle cure accords gift trust.

From Les mains libres (1937), drawings by Man Ray


Des nuages dans les mains
Ce désespoir confus
Source impalpable nuit de pluie
Loin des feuilles naissantes
Loin des larmes salubres
Ce dédain de l’orient
Ce paradis livide
Cette marche en arrière
Incrédule exténuée
Vers quelques souvenirs

Le remède miracle accord cadeau confiance.

The day dense with thought

The day dense with thought
       with feelings and memories
: a grey sky is about to rain
       over our heads

In the rear garden
       a pile of earth
recently turned
       has been drilled
by worms to let in
       the air

and wild grasses
       have grown tall
and in the midst
       five poppies have flowered

So many miles from Flanders
       I see their blood-red blooms
swaying gently
        in the breeze

John Lyons


La journée pleine de pensées

La journée pleine de pensées
       de sentiments et de souvenirs
: un ciel gris est sur le point
       de pleuvoir sur nos têtes

Dans le jardin arrière
       un tas de terre récemment retournée
a été foré par des vers
       pour laisser entrer l’air

et les herbes sauvages
       ont grandi
et au milieu cinq coquelicots
       se sont épanouis

Tant de kilomètres de la Flandre
       je vois leurs fleurs rouge-sang
se balancer doucement
       dans la brise

L’univers symbiotique

Nous cultivons les étoiles
       en reconnaissance de la terre
qu’elles nous ont donnée
       le sol minéral à partir duquel
toutes choses poussent
       les plantes et les arbres
qui sont notre force vitale
       l’univers symbiotique
qui nous lie au chant du moineau
       au baryton profond de la baleine
aux premiers sanglots d’un nouveau-né
       qui quitte le ventre de sa mère
Et il n’y a pas une seule forme de beauté
       supérieure à toutes les autres
étant donné que la beauté est la vérité
       essentielle omniprésente de la création
et que l’amour est son expression
       la plus profonde

John Lyons


Love’s deepest expression

We cultivate the stars
       in recognition of the earth
that they have given us
       the mineral soil out of which
all things grow
       the plants and trees
that are our very lifeblood
       the symbiotic universe
that binds us
       to the sparrow’s song
to the whale’s deep baritone
       to the first sobs of a newborn
as it leaves its mother’s womb
       and there is no one form of beauty
superior to all the others
       given that beauty is the essential
omnipresent truth of creation
       and love is its deepest expression

Love’s deepest expression

We cultivate the stars
       in recognition of the earth
that they have given us
       the mineral soil out of which
all things grow
       the plants and trees
that are our very lifeblood
       the symbiotic universe
that binds us
       to the sparrow’s song
to the whale’s deep baritone
       to the first sobs of a newborn
as it leaves its mother’s womb
       and there is no one form of beauty
superior to all the others
       given that beauty is the essential
omnipresent truth of creation
       and love is its deepest expression

John Lyons


L’expression la plus profonde de l’amour

Nous cultivons les étoiles
       en reconnaissance de la terre
qu’elles nous ont donnée
       le sol minéral à partir duquel
toutes choses poussent
       les plantes et les arbres
qui sont notre force vitale
       l’univers symbiotique
qui nous lie au chant du moineau
       au baryton profond de la baleine
aux premiers sanglots d’un nouveau-né
       qui quitte le ventre de sa mère
Et il n’y a pas une seule forme de beauté
       supérieure à toutes les autres
étant donné que la beauté est la vérité
       essentielle omniprésente de la création
et que l’amour est son expression
       la plus profonde

Paul Éluard – I told you. . .

Told you for the clouds
Told you for the sea’s tree
For each wave for the birds in the leaves
For the pebbles of noise
For the familiar hands
For the eye that turns face or landscape
And sleep endows it with the sky of its colour
For the whole night imbibed
For the grid of roads
For the open window for an uncovered forehead
I told you for your thoughts for your words
Every caress every confidence endures

from Paul Éluard, L’amour la poésie (1929)

(translation by John Lyons)


Je te l’ai dit pour les nuages
Je te l’ai dit pour l’arbre de la mer
Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles
Pour les cailloux du bruit
Pour les mains familières
Pour l’œil qui devient visage ou paysage
Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur
Pour toute la nuit bue
Pour la grille des routes
Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert
Je te l’ai dit pour tes pensées pour tes paroles
Toute caresse toute confiance se survivent.