The rest is silence

lascaux

As the fire blazed
       in the mouth of the cave
pigments were mixed
       and applied to the walls
the deer and antelope admired
       and keenly observed
and hunted for food
       : art in order to render
their deep respect for
       this source of life

that others might know
       their story
their values
       the word inseparable
from the deed
       an imagist language
a timeless articulation
       in time and space

John Lyons

Le reste est silence

Alors que le feu flambait
       dans l’embouchure de la grotte
les pigments ont été mélangés
       et appliqués sur les murs
le cerf et l’antilope admirés
       et vivement observés
et chassés pour se nourrir
       : l’art pour rendre
leur profond respect pour
       cette source de vie

que d’autres puissent savoir
       de leur histoire
de leurs valeurs
       le mot inséparable
de l’acte
       un langage imagiste
une articulation intemporelle
       dans le temps et dans l’espace

Read the text

blue_roses

Blood-red roses
       against an anaemic sky
artificial petals
       that will never fall
time that will never pass
       hope that will never return
children who will never know
       the joy of peace unless
the sale of arms is suspended
        No flowers for the refugees
no food on their plates
       no light in their eyes

Read the text
       beneath the blooms
between the lines
       foreign aid cut
at the stem
       innocent people left
to wither and die
       for profit

John Lyons


Lisez le texte

Roses couleur de sang
       contre un ciel anémique
pétales artificiels
       qui ne tomberont jamais
un temps qui ne passera jamais
       l’espoir qui ne reviendra jamais
des enfants qui ne sauront jamais
       la joie de la paix à moins que
la vente d’armes ne soit suspendue
       Pas de fleurs pour les réfugiés
pas de nourriture dans leurs assiettes
       pas de lumière dans leurs yeux

Lisez le texte
       au-dessous des fleurs
entre les lignes
       l’aide internationale coupée
à la base
       des innocents abandonnés
au flétrissement et à la mort
       pour le profit

Love’s plea

pleading

                  Nowhere, John Lyons (40 x 40 cm, oil on canvas)

This is nowhere
a sketch on canvas
and in oils
of a place that exists
somewhere
in the imagination

It is real enough
but lacks the detail
of the reality
upon which
it is based

However
what it does suggest
is a parting of the ways
perhaps in Robert Frost
country
the road less travelled

What it captures
in its own way
is space and distance
and an immaculate
timelessness

I love the roundness
of the triangular patch
I love the softness
of its edges
and though unfinished
I feel it has a voice
a feminine voice
pleading for love

John Lyons


Plaidoyer d’amour

C’est nulle part
un croquis sur toile
et dans les huiles
d’un lieu qui existe
quelque part
dans l’imagination

C’est assez réel
mais il manque le détail
de la réalité
sur lequel
c’est basé

toutefois
ce qu’il suggère
est une séparation des chemins
peut-être au pays
de Robert Frost
le chemin le moins parcouru

Ce qu’il capture
à sa manière
est l’espace et la distance
et une intemporalité
immaculée

J’aime la rondeur
du patch triangulaire
J’aime la douceur
de ses bords
et bien qu’inachevé
Je sens qu’il a une voix
une voix féminine
et un cri d’amour

Love never known

bouc

On a stretch of scrubland
       down by the marshes
bound by two railway tracks
       and a busy road
a elderly billy goat browses :
       grayish-black shaggy coat
long gracefully curved horns
       it exists obliviously
in its pasture of plenty
       has no notion
of the fate
       that awaits it
no recollection
       of when it was a kid
not even grateful
       to be alive

From time to time
       it hears the cuckoo
but makes no connection
       with the spring flowers
On certain clear nights
       it observes the stars
with complete indifference
       lucky or not
of them
       it has no need
love it has never known
       nor its loss

John Lyons


Le vieux bouc   
      
   Sur un tronçon de garrigue    
            au bord des marais    
   bordé par deux voies ferrées    
            et une route très fréquentée    
   un vieux bouc broute :    
            manteau hirsute noir-grisâtre    
   de longues cornes gracieusement courbées    
            il existe inconsciemment    
   dans son pâturage d’abondance    
            n’a aucune notion    
   du destin    
            qui l’attend    
   aucun souvenir    
            de ses jours de chevreau    
   n’est même pas reconnaissant    
            d’être en vie    
      
   De temps en temps    
            il entend le coucou    
   mais il ne fait aucun lien    
            avec les fleurs printanières    
   Par certaines nuits claires    
            il observe les étoiles    
   avec une indifférence totale    
            chanceuses ou pas    
   d’elles    
            il n’en a pas besoin    
   l’amour – il ne l’a jamais connu    
            ni sa perte

Winter roost

Cold grey morning
       magpies yet to leave
their roost : soon
       as the days lengthen
they’ll be looking
       to build their domed nests

despite their military bearing
       magpies are home birds
reluctant to travel far
       from their stamping ground

though they struggle
       to throw off their bad
reputation
       these playful birds
are innocent
       until proven guilty

John Lyons


Gîte d’hiver

Matin gris froid
       les pies n’ont pas encore
quitté leur perchoir: bientôt
       au fur et à mesure
que les jours s’allongent
       ils chercheront à construire
leurs nids
       en forme de dôme

malgré leur allure militaire
       les pies sont des oiseaux domestiques
réticents à voyager
       loin de leur territoire de prédilection

bien qu’ils luttent
       pour se débarrasser
de leur mal réputation
       ces oiseaux espiègles
sont innocents jusqu’à
       preuve du contraire

My life refracted

seascape

                   Seascape, John Lyons (thin air on wood)

I examine the data
the nails the hair
the skin the teeth
all of which are not
as they once were

I can read the signs
the marks of time
accumulated
over the years
and I know where
it’s all heading

From time to time
on my walks through
ancient woodland
I inspect the gnarled bark
of trees that were there
before me and will
probably see me out

It brings me comfort
and a sense of solidarity
it reminds me of my place
in nature’s spectrum

Separateness is an illusion
in a universe built
on the principle of solidarity
of which human love is
the most intense expression

John Lyons

Ma vie réfractée

J’examine les données
les ongles les cheveux
la peau les dents
qui ne sont pas tous
comme ils l’étaient autrefois

Je sais lire les signes
les traces du temps
accumulées
au cours des années
et je sais où
tout se dirige

De temps en temps
sur mes promenades
à travers les bois anciens
J’inspecte l’écorce noueuse
d’arbres qui étaient là
avant moi et qui probablement
me survivront

Cela m’apporte du réconfort
et un sentiment de solidarité
ça me rappelle ma place
dans le spectre de la nature

La séparation est une illusion
dans un univers construit
sur le principe de la solidarité
dont l’amour humain est
l’expression la plus intense


Love’s promise / La promesse d’amour

Magpies do not
sing madrigals –
more reserved
than the thrush
than the sparrow
In this still air
I watch them glide
from one tree
to another barely
a muscle flexed

Treat every day
as the start
of a new year –
the ornithological
perspective
that perpetuates
the good news

If she is heartless
if he is joyless
move on
they are a waste
of daffodils and roses
No kiss can compensate
for the betrayal
of love’s promise

John Lyons


La promesse d’amour

Les pies ne chantent
pas de madrigaux –
plus réservées
que le muguet
que le moineau
Dans cet air calme
je les regarde glisser
d’un arbre
à un autre à peine
un muscle fléchi

Traiter tous les jours
comme le début
d’une nouvelle année –
la perspective ornithologique
qui perpétue
la bonne nouvelle

Si elle a le cœur dur
si lui est sans joie
laisse-les tomber
ils sont une perte
de jonquilles et de roses
Aucun baiser ne peut
compenser la trahison
de la promesse d’amour

Shake the dust

My reflection tells me
that I have aged
my heart tells me
that I have not

I have shrugged off
her ugly betrayal
as I would shake dust
from my shoes

the death of a star
is nothing to lament
in the firmament they are
as fish in the sea

Sparrows sing of roses
there in the bud
of petals about to unfold
new love that spring brings

John Lyons


Secouez la poussière

Mon reflet me dit
que j’ai vieilli
mon coeur me dit
que je n’ai pas

J’ai ignoré
sa vilaine trahison
comme je secouerais la poussière
de mes chaussures

la mort d’une étoile
n’a rien à déplorer –
dans le firmament elles sont
comme des poissons dans la mer

Les moineaux chantent des roses
des boutons sur le point de fleurer
d’un nouvel amour
que le printemps apporte

Ash of ages

ash

Ash of ages
the slow descent
light filtered
through darkness
in the beginning
was the end
light burnt
to a cinder
the earth’s
fallen forests

out of the cauldron
these flakes of snow
and magpies
that know nothing
of life or death
foxes that tell
their time by
the sun and moon

ash of ages
the slow descent
of my flesh
of her flesh
pale red lips
that meet in love
life as it was meant
to be loved
love as it was meant
to be lived

John Lyons


Cendres des âges
la lente descente
la lumière filtrée
à travers l’obscurité
au début
était la fin
la lumière brûlée
à une cendre
tombées les forêts
de la terre

hors du chaudron
ces flocons de neige
et les pies
qui ne savent rien
de la vie ou de la mort
les renards qui marquent
l’heure selon
le soleil et la lune

cendres des âges
la lente descente
de ma chair
de sa chair
les pâles lèvres 
qui se touchent en amour
la vie telle qu’elle était censée
d’être aimé
l’amour telle qu’il était censé
d’être vécu

I have known colder hearts

The fox is back
ferreting in the snow
its movements tracked
by an alert squad of magpies

in the distance
children riding their sleds
on the hillside next to
the ancient woodland

icy flurries have cancelled
the morning chorus :
a time to be wrapped up
and warm in the nest

patches of ice
gathered in the gutters
reflect the grey skies
I have known colder hearts

John Lyons


J’ai connu des cœurs plus froids

Le renard est de retour
il furets dans la neige
ses mouvements suivis
par une alerte escouade de pies

au loin
des enfants sur leurs traîneaux
descendent la colline à côté
de l’ancienne forêt

des averses de neige ont annulé
le chœur du matin :
un temps pour être enveloppé
et au chaud dans le nid

des flaques de glace
rassemblées dans les gouttières
reflètent le ciel gris
J’ai connu des cœurs plus froids